Abonnez-vous à la newsletter
Abonnez-vous à la newsletter
Frankenstein à Bagdad - Ahmed Saadawi
CATALOGUE PIRANHA DU 1er SEMESTRE 2017
REVUE DE PRESSE
BUTCHER'S CROSSING
JOHN WILLIAMS
 
« Un homme face au monde sauvage, et un choc métaphysique à la source de ce grand roman western. » Alexis Liebaert, Le Magazine littéraire
 
« Butcher's crossing arrive en France et l'on découvre la plume culte et âpre de John Edward Williams. [...] Il signa bien avant Cormarc McCarthy un des premiers westerns réalistes de l'histoire. [...] Plus de dix ans avant les grands cinéastes du Nouvel Hollywood, Williams avait flingué d'un coup sec tous les rêves de l'Ouest. » Frédéric Mercier, Transfuge
 
« Aux prises avec son désir acharné de conquête de la nature, dépassée par l’instauration d’un capitalisme industriel qui renforce les antagonismes de classe et de genre, l’Amérique de John Williams est une terre de tensions lancinantes. Le livre est un western sombre, âpre et réaliste. Une belle découverte. » Pauline Guedj, Politis
 
« L’Américain John Williams propose une chasse aux bisons mirifique dans une vallée isolée digne de Shangri-La. » Éric Dussert, La Nouvelle Quinzaine Littéraire
 
« Une formidable épopée dans le Grand Ouest américain ». Télématin, France 2
 
« C’est un roman sur la folie des hommes. Un jeune homme de bonne famille quitte sa ville civilisée de Boston sur la côte Est de l’Amérique pour se rendre dans le Grand Ouest. Sous couvert de retour à la nature, la vraie, l’immaculée, il veut renouer avec le sel de la terre, chasser le bison, et tenter de trouver son moi-intérieur. Butcher’s Crossing de John Williams raconte avec splendeur cette aventure, véritable métaphore de la civilisation d’aujourd’hui. » Karen Lajon, JDD.fr
 
« Butcher’s Crossing est d’abord l’histoire fabuleuse d’une chasse comme il n’y en a déjà plus à l’époque où elle a lieu. » Claire Devarrieux, Libération
 
« Redécouvert dans les années 2000, Williams a la plume alerte. Sa prose est minutieuse, sèche et précise, cinématographique et classique. En 1870, Will Andrews, idéaliste en quête d’identité, abandonne ses études à Harvard pour rejoindre l’Ouest mythique et fondateur. [...]. L’Ouest, c’est la nature salvatrice, c’est aussi l’écrin de la déroute, de la désillusion, du stoïcisme et d’un basculement. L’attachement de Williams à une narration concrète, délicate, méthodique, fait du passage dans l’enfer blanc un régal qui transcende les temps. » Paris Match Belgique
 
« Un roman magistral et intemporel, d’un réalisme captivant et d’un lyrisme mesuré. Une histoire de courage, de violence, d’espoir et de conquête. » Historia
 
« Longtemps méconnu en France et révélé avec la traduction en 2011 de Stoner, l'Américain John Williams (1922-1994) est aussi l'auteur de Butcher's Crossing, western classique et plaisant, qui tient autant par le rythme des péripéties que par la personnalité des protagonistes et la force des scènes de chasse. » Baptiste Liger, Lire
 
« Le western le plus extraordinaire que j’aie jamais lu. » Frédéric Mercier, « Le Cercle », Canal Plus
 
« Formidable aventure humaine et nature indomptable, langue admirable et personnages attachants. Un chef-d’œuvre. » Ouest-France
 
« Une formidable aventure d’hommes face aux contradictions de leurs désirs et de leurs limites, dans des paysages ouverts à tous les rêves. » Pierre Maury, Le Soir
 
« Un roman initiatique classique. Oui mais.... [...]On songe aux bisons massacrés dans le magnifique film de Richard Brooks, The Last Hunt, et ce n'est pas un léger compliment. » Jean-Marc Proust, Slate.fr
 
« L’Ouest américain, le vrai. C’est la toile de fond choisie par le Texan John Williams (1922-1994) pour ce western littéraire publié en 1960. » Monaco Hebdo
 
« Grand auteur américain du XXe siècle et redécouvert en France au XXIe, John Williams nous livre un western littéraire tout simplement magistral ! [...] Lorsque j'ai lu ce livre j'ai pensé à Larry McMurtry, Cormac McCarthy, John Steinbeck : c'est un grand classique littéraire que nous pouvons à présent dévorer. » Blog Lea Touch Book
 
« J‛ai vraiment pris un grand plaisir à découvrir ce roman. L‛écriture de John William est directe, simple et exempt de sentimentalisme (autant que les dialogues qui sont extrêmement concis), ses descriptions de la nature sont fortes et exposent admirablement la brutalité des lieux et des évènements. » Blog Libre-R ety associés
 
« Williams démystifie et montre une facette sombre de l'Ouest américain, et c'est ce qui rend cet écrivain d'autant plus remarquable. » Blog Enmodelecture.com
 
« Un western crépusculaire magnifique. » Paperblog.fr
 
« Un roman maîtrisé de bout en bout – j’aime sa retenue, sa sobriété – « une prose simple et élégante » nous dit Bret Easton Ellis mais qui vous frappe droit au cœur. Un western crépusculaire magnifique. » Blog Tombée du ciel
 
« Butcher's Crossing de John Williams mène ses personnages aux confins de la folie et rappelle aux lecteurs l’âpreté de la vie. Une aventure avec un grand A, faite de découvertes et de moments de doute, une aventure humaine mais aussi et surtout une aventure en soi-même pour un final des plus prenants et émouvants. Un roman entre western, roman noir et nature writing que je vous conseille fortement ! » Blog Le Capharnaüm éclairé
 
« Un récit très nuancé, riche et extrêmement bien détaillé. Ode vibrant à la nature, j'ai été immergé pendant quelques heures dans un univers violent, sombre, mais pas dénué d'espoir. Une véritable aventure humaine, où on se sent grandir en même temps que le personnage principal. » Blog Le chat du Cheshire

 

Lire un extrait de "Drone Land"
 
 
 
Frankenstein à Bagdad - Ahmed Saadawi
CATALOGUE PIRANHA DU 1er SEMESTRE 2017
REVUE DE PRESSE
BUTCHER'S CROSSING
JOHN WILLIAMS
 
« Un homme face au monde sauvage, et un choc métaphysique à la source de ce grand roman western. » Alexis Liebaert, Le Magazine littéraire
 
« Butcher's crossing arrive en France et l'on découvre la plume culte et âpre de John Edward Williams. [...] Il signa bien avant Cormarc McCarthy un des premiers westerns réalistes de l'histoire. [...] Plus de dix ans avant les grands cinéastes du Nouvel Hollywood, Williams avait flingué d'un coup sec tous les rêves de l'Ouest. » Frédéric Mercier, Transfuge
 
« Aux prises avec son désir acharné de conquête de la nature, dépassée par l’instauration d’un capitalisme industriel qui renforce les antagonismes de classe et de genre, l’Amérique de John Williams est une terre de tensions lancinantes. Le livre est un western sombre, âpre et réaliste. Une belle découverte. » Pauline Guedj, Politis
 
« L’Américain John Williams propose une chasse aux bisons mirifique dans une vallée isolée digne de Shangri-La. » Éric Dussert, La Nouvelle Quinzaine Littéraire
 
« Une formidable épopée dans le Grand Ouest américain ». Télématin, France 2
 
« C’est un roman sur la folie des hommes. Un jeune homme de bonne famille quitte sa ville civilisée de Boston sur la côte Est de l’Amérique pour se rendre dans le Grand Ouest. Sous couvert de retour à la nature, la vraie, l’immaculée, il veut renouer avec le sel de la terre, chasser le bison, et tenter de trouver son moi-intérieur. Butcher’s Crossing de John Williams raconte avec splendeur cette aventure, véritable métaphore de la civilisation d’aujourd’hui. » Karen Lajon, JDD.fr
 
« Butcher’s Crossing est d’abord l’histoire fabuleuse d’une chasse comme il n’y en a déjà plus à l’époque où elle a lieu. » Claire Devarrieux, Libération
 
« Redécouvert dans les années 2000, Williams a la plume alerte. Sa prose est minutieuse, sèche et précise, cinématographique et classique. En 1870, Will Andrews, idéaliste en quête d’identité, abandonne ses études à Harvard pour rejoindre l’Ouest mythique et fondateur. [...]. L’Ouest, c’est la nature salvatrice, c’est aussi l’écrin de la déroute, de la désillusion, du stoïcisme et d’un basculement. L’attachement de Williams à une narration concrète, délicate, méthodique, fait du passage dans l’enfer blanc un régal qui transcende les temps. » Paris Match Belgique
 
« Un roman magistral et intemporel, d’un réalisme captivant et d’un lyrisme mesuré. Une histoire de courage, de violence, d’espoir et de conquête. » Historia
 
« Longtemps méconnu en France et révélé avec la traduction en 2011 de Stoner, l'Américain John Williams (1922-1994) est aussi l'auteur de Butcher's Crossing, western classique et plaisant, qui tient autant par le rythme des péripéties que par la personnalité des protagonistes et la force des scènes de chasse. » Baptiste Liger, Lire
 
« Le western le plus extraordinaire que j’aie jamais lu. » Frédéric Mercier, « Le Cercle », Canal Plus
 
« Formidable aventure humaine et nature indomptable, langue admirable et personnages attachants. Un chef-d’œuvre. » Ouest-France
 
« Une formidable aventure d’hommes face aux contradictions de leurs désirs et de leurs limites, dans des paysages ouverts à tous les rêves. » Pierre Maury, Le Soir
 
« Un roman initiatique classique. Oui mais.... [...]On songe aux bisons massacrés dans le magnifique film de Richard Brooks, The Last Hunt, et ce n'est pas un léger compliment. » Jean-Marc Proust, Slate.fr
 
« L’Ouest américain, le vrai. C’est la toile de fond choisie par le Texan John Williams (1922-1994) pour ce western littéraire publié en 1960. » Monaco Hebdo
 
« Grand auteur américain du XXe siècle et redécouvert en France au XXIe, John Williams nous livre un western littéraire tout simplement magistral ! [...] Lorsque j'ai lu ce livre j'ai pensé à Larry McMurtry, Cormac McCarthy, John Steinbeck : c'est un grand classique littéraire que nous pouvons à présent dévorer. » Blog Lea Touch Book
 
« J‛ai vraiment pris un grand plaisir à découvrir ce roman. L‛écriture de John William est directe, simple et exempt de sentimentalisme (autant que les dialogues qui sont extrêmement concis), ses descriptions de la nature sont fortes et exposent admirablement la brutalité des lieux et des évènements. » Blog Libre-R ety associés
 
« Williams démystifie et montre une facette sombre de l'Ouest américain, et c'est ce qui rend cet écrivain d'autant plus remarquable. » Blog Enmodelecture.com
 
« Un western crépusculaire magnifique. » Paperblog.fr
 
« Un roman maîtrisé de bout en bout – j’aime sa retenue, sa sobriété – « une prose simple et élégante » nous dit Bret Easton Ellis mais qui vous frappe droit au cœur. Un western crépusculaire magnifique. » Blog Tombée du ciel
 
« Butcher's Crossing de John Williams mène ses personnages aux confins de la folie et rappelle aux lecteurs l’âpreté de la vie. Une aventure avec un grand A, faite de découvertes et de moments de doute, une aventure humaine mais aussi et surtout une aventure en soi-même pour un final des plus prenants et émouvants. Un roman entre western, roman noir et nature writing que je vous conseille fortement ! » Blog Le Capharnaüm éclairé
 
« Un récit très nuancé, riche et extrêmement bien détaillé. Ode vibrant à la nature, j'ai été immergé pendant quelques heures dans un univers violent, sombre, mais pas dénué d'espoir. Une véritable aventure humaine, où on se sent grandir en même temps que le personnage principal. » Blog Le chat du Cheshire

 

Lire un extrait de "Drone Land"